Accueil > Musée > Fourmis

La Cité des Fourmis


Unique en France !

L'histoire des fourmis remontent à 120 millions d'années environ.

Pendant ces millions d'années, elles ont pu acquérir une diversité de style de vie, une organisation sociale et  une capacité d'adaptation très developpées et ont pu de ce fait coloniser presque toute la planète. Les fourmis sont des insectes sociaux vivant en colonies de quelques dizaines à plusieurs millions d’individus. Elles vivent dans des habitations collectives appelées fourmilières.

C’est l’insecte le plus facile à trouver, du cercle polaire (Forêts finlandaises) jusqu’aux régions équatoriales, elles sont partout. Tous les univers (villes, déserts, forêts,..) constituent un biotope favorable, environ 14000 espèces ont été inventoriées à ce jour. On estime à 25000 espèces le nombre total d'espèces.

Les fourmis sont classées dans l’ordre des hyménoptères, comme les abeilles et les guêpes.

C'est-à-dire des insectes dotés de 4 ailes. Ces ailes ne sont présentes que sur les fourmis sexuées (jeunes reines et mâles).

Le corps de la fourmi est recouvert d’une carapace, son squelette (appelé aussi exosquelette). Il est constitué de 3 parties distinctes : la tête, le thorax et l’abdomen.

La tête porte les yeux composés, les yeux simples (ou ocelles, uniquement chez reines et mâles), les antennes (siège des sens de l’odorat et du toucher) et les mandibules.

Sur le thorax s’articule les 6 pattes et les ailes pour les fourmis sexuées.

L’abdomen abrite le système digestif, respiratoire et circulatoire ainsi que les organes génitaux. Chez les fourmis possédant un dard, celui-ci se situe à l’extrémité de l’abdomen.

Chez la reine l’abdomen est plus développé  car il contient les œufs et une spermathèque.

De  nombreuses glandes recouvrent le corps de la fourmi. Les fonctions de ces glandes sont très variées (communication, antibiotique, antiseptique, poison, nourriture, alarme, reproduction, recrutement,…).

Les fourmis forment des sociétés matriarcales ou les femelles effectuent l’essentiel des taches, les mâles assurant l’essentiel de la reproduction.

La diversité importante des espèces de fourmis fait qu’entre chaque espèce, il peut y avoir des variations du type d’habitat, de leur mode de reproduction, de leur alimentation,….

D’une manière générale, les femelles sont divisées en plusieurs castes. L’une est chargée de la reproduction, la reine ; et l’autre, l’ouvrière, divisée en sous caste, est chargée du développement de la colonie.

La reine, après avoir été fécondée par un ou plusieurs mâles, va arracher ses ailes et fonder sa colonie. Elle pond  ses premiers œufs. Deux à six semaines (en fonction de l’espèce) plus tard, ils donnent naissance  à des larves blanches sans pattes. Les larves sont nourries, protégées et nettoyées par la reine pendant plusieurs semaines  jusqu’à leur transformation en nymphe (dernier stade larvaire). Certaines larves, en fonction des espèces, tissent un cocon. Après la nymphose (après plusieurs semaines)  sortira un insecte parfait : une ouvrière.

Les premières ouvrières prendront le relais de la reine pour élever le couvain, la reine se consacrera uniquement à la ponte.

Dès que la colonie sera arrivée à maturité, les œufs fécondés donneront naissance à des filles qui deviendront soit des ouvrières, soit des futures reines en fonction de l’alimentation reçue. Les œufs non fécondés donneront naissances à des mâles.

Les espèces de fourmis possédant une seule reine sont appelées monogynes et celles possédant plusieurs reines sont dites polygynes.

En l’absence de reine, chez certaines espèces de fourmis, une ouvrière dominante appelée gamergate, après avoir été fécondée, pond des œufs.

Les ouvrières sont divisées en castes temporelles ou castes physiques.

Les castes temporelles sont définies par l’âge des fourmis (comme les abeilles domestiques), elles vont effectuer à chaque étape de leur vie, une fonction différente (soins de la reine et du couvain, entretien du nid, approvisionnement en nourriture, défense, élimination des déchets).

Dans  les castes physiques, les fourmis sont de tailles différentes adaptées à la fonction.

On peut distinguer les minors, médias et majors et parfois les soldats.

Périodiquement, des essaims de nouvelles reines et de mâles quittent la colonie pour se reproduire. Les mâles meurent ensuite rapidement, tandis que les reines survivantes, fécondées, fondent de nouvelles colonies ou, parfois, retournent dans leur fourmilière natale.

L’alimentation varie en fonction des espèces. Elles sont pratiquement toutes omnivores.

Elles se nourrissent principalement d’insectes, de petits animaux morts, de miellat, de sucre, de fruits, de graines et parfois de champignons. Pour se nourrir, la plupart des fourmis pratique la trophallaxie. La trophallaxie est l’échange de nourriture liquide régurgitée.

Cette nourriture est stockée dans une poche située dans l’abdomen appelée jabot social.

Les reines vivent, en moyenne de 14 à 20 ans et les ouvrières de 2 à 6 ans, les mâles une saison ou meurent après avoir fécondés une reine.

Les mœurs des fourmis étant très variés, on peut les classer selon leur mode de vie et/ou leur mode alimentaire :

-         les fourmis éleveuses de puceron (espèce présentée dans le musée : Formica  polynecta)

-         les fourmis champignonnistes  (espèce présentée dans le musée : Acromyrmex octospinosus et Atta sexdens)

-         les fourmis tisserandes (espèce présentée dans le musée : Polyrachis dives et Oecophylla smaragdina)

-         les fourmis « pot de miel »

-         les fourmis granivores 

-         les fourmis légionnaires

-         les fourmis esclavagistes

-         les fourmis charpentières

-         etc

Les fourmis ont développé au cours de l’évolution divers mécanismes, tant physiologiques que comportementaux pour lutter contre les infections :

- les fourmis ont créé des déchetteries/cimetières pour éliminer tous les déchets de la fourmilière et ainsi éviter toute contamination Les fourmis qui transportent les déchets ne sont jamais en contact avec la déchetterie, elles déposent les déchets à l’entrée de la déchetterie et d’autres fourmis affectées à la déchetterie les ramassent. Ces fourmis "éboueuses" ne retournent jamais dans la fourmilière

- les fourmis  champignonnistes cultivent une bactérie filamenteuse d’aspect blanchâtre qui protège leur champignon symbiote grâce à ses propriétés antibactériennes et antifongiques.

- les fourmis sécrètent une substance antiseptique et antibiotique grâce à leur glande métapleurale située sur le troisième segment thoracique. Cette sécrétion permet de protéger principalement les œufs, larves et nymphes des bactéries présentes dans le nid.

- les fourmis des bois  récoltent la sève des pins et sapins pour  se désinfecter. Leur dôme en est constitué de 40 %.

Certaines espèces ont un niveau d'évolution et d'organisation très developpé, telles que les fourmis légionnaires, les fourmis rousses des bois, les fourmis tisserandes et les fourmis champignonnistes.Ceci  a amené les scientifiques à définir ces colonies comme des superorganismes.

L'entomologiste américain William Morton Wheeler disait à ce propos :

La colonie se comporte comme un tout. Elle possède des propriètés distinctives - une taille, un comportement, et une organisation propres - qui se transmettent d'une génération à la suivante. La reine est l'organe reproducteur ; les ouvrières sont le cerveau, le coeur, les intestins et les autres tissus qui la maintiennent en vie ; quant à l'échange de liquide et de nourriture entre les membres d'une même colonie, il équivaut à la circulation du sang et de la lymphe.

La Cité des fourmis a sélectionné, pour vous, les espèces les plus représentatives et les plus spectaculaires originaires du monde entier (Australie, Chine, Thailande, Amérique du Sud, Europe..) dont 3 des plus évoluées.

Dans des vivariums adaptés à chaque type de fourmis (température, humidité, végétation, sol,....) 8 espèces vivantes sont élevées :

   - Les fourmis les plus grandes du monde : les fourmis « Bouledogues » et les fourmis « Bullet Ant »

    - Les fourmis  champignonnistes (2 espèces)

    - Les fourmis Camponotus, 

    - Les fourmis tisserandes (2 espèces)

    - Les fourmis rousses des bois

Musée de l'Abeille Vivante

Acromyrmex octospinosus

LAISSEZ VOUS SURPRENDRE PAR CES  FOURMIS  QUI SE SUIVENT EN  FILE INDIENNE  SUR  LES  ROUTES  TRACÉES AU MILIEU DUN  VILLAGE TRADITIONNEL…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

ATTA SEXDENS

LES  FOURMIS CHAMPIGNONNISTES  SONT PRÉSENTES  UNIQUEMENT  SUR LE CONTINENT AMÉRICAIN ET PRINCIPALEMENT EN  AMÉRIQUE DU SUD . ALORS  PROFITEZ DE…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

CAMPONOTUS SPEC.

Ces fourmis sont présentent en  Asie du sud . Les  Camponotus   comportent au moins  650 espèces.  La plupart habitent dans le  bois…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

FORMICA POLYCTENA

VENEZ  TRAVERSER LEUR FOURMILLIÈRE GÉANTE ,HABITÉE PAR  PLUSIEURS MILLIONS  DE FOURMIS,  À QUATRE PATTES. LA  FOURMI ROUSSE DES BOIS…

+ Détail

HARPEGNATOS VENATOR

CES FOURMIS SONT PRÉSENTES EN ASIE DU SUD, MALAISIE ET INDE. ELLES ONT BESOIN D’UNE TEMPÉRATURE COMPRISE ENTRE 22 °C À 24 °C MAIS TOLÈRENT UNE…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

Myrmecia Pavida

VENEZ DÉCOUVRIR  , DANS UN  DÉCOR NATUREL , CES  FOURMIS EXTRAORDINAIRES . CES FOURMIS  SONT ORIGINAIRES D  AUSTRALIE  ET VIVENT DANS LES …

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

Oecophylla smaragdina

NE CHERCHEZ PAS LEUR FOURMILLIÈRE SUR LE SOL . CES  FOURMIS  INSTALLENT LEUR NID  DANS LE  FEUILLAGE . PARTEZ À  LA RECHERCHE DE LEURS NIDS…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

PARAPONERA CLAVATA

UNIQUE EN FRANCE , VENEZ LES DÉCOUVRIR À LA  SORTIE  DE LEUR  FOURMILLIÈRE . CES FOURMIS SONT  TRÈS SENSIBLES AU STRESS  CE QUI REND…

+ Détail

Musée de l'Abeille Vivante

POLYRHACHIS DIVES

ADMIREZ LE TRAVAIL DE CONSTRUCTION DU NID  DE CES FOURMIS CONSTITUÉ DE MORCEAUX DE FEUILLES SÉCHES , DE  BRINDILLES  ET DE  GRAINS DE SABLE  COLLÉS…

+ Détail